Bonne nouvelle 2019 : la banque mondiale ne financera plus aucun projet exploitant les énergies fossiles à partir de janvier

En décembre 2017, la banque mondiale a fait une annonce retentissante au sommet One Planet qui a eu lieu à Boulogne-Billancourt : elle cessera de financer des projets d’exploration pétrolière ou gazière à partir de 2019. Pourquoi un tel arrêt et pourquoi cette décision a été aussi commentée ? Energie Futée vous explique.

énergies fossiles

Sortez vous aussi des énergies fossiles : Obtenez un devis gratuit et sans engagements pour l’installation d’une pompe à chaleur ou d’une chaudière à condensation. 

SOMMAIRE

  1. Banque mondiale, un acteur financier de premier plan
  2. Pourquoi cette décision est-elle importante ?
  3. Que signifie cette annonce exactement ?
  4. Pourquoi est-ce une bonne nouvelle ?

1. Banque mondiale, un acteur financier de premier plan

L’un des rôle de la Banque Mondiale est d’accorder des prêts aux pays en voie de développement pour qu’ils puissent construire ou rénover des infrastructures et rendre leurs systèmes économiques et sociaux plus efficaces. Jusqu’à présent, certains de ces projets, dans le domaine de l’énergie notamment, pouvaient concerner de l’exploration ou de l’exploitation pétrolière ou gazière. A titre d’exemple, les financements de la Banque Mondiale dans le domaine de l’industrie du pétrole ou du gaz atteignaient 1,6 milliards de dollars en 2016. Cela représente environ 5% du total des financement accordé, donc des sommes colossales.

2. Pourquoi cette décision est-elle importante ?

La Banque reconnait ainsi l’urgence climatique et se positionne clairement contre l’industrie fossile. De nombreux défenseurs de l’environnement avaient en effet pointé du doigt une forme d’incohérence : les pays développés prônaient la sortie des énergies fossiles tout en continuant à les soutenir sous forme de subventions dans les pays en voie de développement. La décision de la Banque Mondiale marque donc un terme à tout une série de prise de décisions bancales.

3. Que signifie cette annonce exactement ?

3-a. Des engagements pour le climat

La Banque Mondiale, dans un communiqué, a déclaré vouloir s’aligner avec les objectifs de l’accord de Paris sur le climat. En plus de l’arrêt du financement des projets pétroliers et gaziers, la Banque mondiale s’est engagée à publier les quantités d’émission de gaz à effet de serre produits par les projets qu’elle finance dans les secteurs comme l’énergie. La prise en compte d’un prix interne du carbone devrait également devenir systématique pour prioriser les décisions d’investissement.

3-b. Des exceptions pour « circonstances exceptionnelles »

La Banque Mondiale se réserve cependant le droit de continuer à financer des projets gaziers dans des circonstances exceptionnelles. Ce type de projet pourra être financé « dans les pays les plus pauvres où il y a un bénéfice clair en termes d’accès à l’énergie » si cela n’entre pas en contradiction avec les engagements pris par ledit pays dans l’accord de Paris.

4. Pourquoi est-ce une bonne nouvelle ?

Pour éviter un réchauffement climatique de plus de 2°C qui aurait des conséquences désastreuses, les scientifiques sont formels. 80% des réserves d’énergie fossile actuellement connues doivent rester dans le sol. En arrêtant de financer des projets d’exploitation, la Banque Mondiale contribue à faire en sorte que les réserves restent intactes. La finance est un levier important pour empêcher que le changement climatique n’ait des conséquences incontrôlables : la décision de la Banque Mondiale est donc un pas dans la bonne direction.

Quelques articles susceptibles de vous intéresser 

Fin des chaudières fioul d’ici dix ans : Que faut-il retenir de l’annonce d’Édouard Philippe ?

Plan climat et transition énergétique : quel bilan pour 2018 ?

Pourquoi sortir du fioul en 2019, pour une énergie de chauffage plus responsable ?

Dépenses énergétiques liées au chauffage : Quelle bilan pour les français ?

Quelles innovations pour le chauffage de demain ?

 

Partagez cet articleShare on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Google+
Google+